syu

Darwin  

 Charles DARWIN, est né le 12 février 1809 dans le Shropshire à Shrewsbury.

Darwin est un naturaliste anglais. Son travail sur l’évolution des espèces vivantes, a transformé le domaine de la biologie : grâce à son ouvrage « De l’origine des espèces » apparut en 1859. Charles Darwin était un célèbre scientifique car il a émis l’hypothèse que toutes les espèces vivantes, ont évoluées au cours du temps avec un seul ou quelques ancêtres communs avec le processus plus connu sous le nom de « sélection naturelle ».

gut

Pendant sa vie, Charles Darwin a vu la théorie de l’évolution être acceptée par de nombreux scientifique ainsi que « le public ». Malheureusement son hypothèse sur la sélection naturelle a dû attendre les années 1930 pour pouvoir être vraiment considérée comme l’explication principale du

processus de l’évolution.

Charles Darwin est mort le 19 avril 1882 à 73 à Down House dans le Kent.             

 

Roger Bacon (1214-1294) 

Roger Bacon étudie à Oxford et assimile très vite toutes les sciences. Il obtient le grade de Docteur en Théologie à Paris et revient en Angleterre et entre dans l’ordre de Saint François. Il passe plusieurs années dans le couvent des Franciscains où il souffre de l’intolérance et de l’ignorance de ses confrères. Il est sous l’autorité d’Aristote et il s’entoure d’un grand nombre de jeunes qui l’aident dans ses recherches expérimentales. Il est le premier à s’apercevoir de l’erreur du calendrier de Julien par rapport à l’année solaire mais il n’est pas écouté. Il est aussi le premier à étudier l’action des lentilles et à inventer des lunettes pour les presbytes. Ses observations astronomiques lui valent d’être accusé de magie. Ses ouvrages seront condamnés car ils renferment des « nouveautés suspectes et dangereuses ». Il est emprisonné pendant quinze ans et n’est relâché qu’en 1292. Il est le premier à expliquer la formation de l’arc-en-ciel. Il doit être considéré comme l’un des fondateurs de l’optique.

 

Isaac Newton 

y

 Isaac Newton est né le 25 décembre 1642 à Woolstorpe en Angleterre. Ses parents étaient fermiers. Son père est décédé deux mois avant sa naissance, donc il a été dans l’école publique de Grantham mais il était peu attentif. A 16 ans, il doit s’occuper du domaine familial mais n’aime pas ça. Stokes (mathématicien et physicien) aide Newton à entrer au Trinity College de Cambridge en 1661. Il aura des cours de philosophie, mais il s’intéresse aussi à l’astronomie et aux mathématiques. En 1665, l’Angleterre subit la peste et Newton doit retourner dans sa ville natale. Pendant une période de 2 ans il fera des avancées en mathématiques, physique et particulièrement en optique : il comprend que la lumière blanche n’est pas une entité, mais une somme de lumières colorées. Quand il retourne à Cambridge, Barrow (mathématicien) fait connaître ses travaux et l’aide pour ses examens universitaires. En 1669 il lui succède. En 1672 il entre à la Royal Society de Londres grâce à la fabrication d’un télescope à miroir sphérique. En 1687, paru l’œuvre majeur de Newton Philosophiae naturalis principia mathematica qui marque les débuts de la mathématisation de la physique. Son œuvre comporte les fondements principaux de la mécanique classique : égalité de l’action et de la réaction, principe d’inertie et surtout la loi de gravitation universelle (deux corps s’attirent avec une force proportionnelle au produit de leur masse et inversement proportionnelle au carré de leur distance. En mathématique, Newton a inventé la classification des coniques et la formule du binôme pour des exposants non entier et aussi co-inventeur du calcul infinitésimal (il l’appelle aussi la méthode des fluxions). Newton ne veut pas communiquer ses découvertes aux autres scientifiques. Il aura des querelles avec Hooke (scientifique expérimental) sur la gravitation universelle et Leibniz sur le calcul infinitésimal. Il consacra beaucoup de temps à l’alchimie et la théologie. En 1693, il souffre d’une grave dépression nerveuse donc il abandonne toute recherche et est nommé directeur de la Monnaie. En 1703 il est élu Président de la Royal Society. En 1705 il est anobli. Le 19 mars 1727 il décède à Londres. Il est inhumé à l’abbaye de Westminster, aux côtés des rois d’Angleterre.              

 

ANNA ATKINS :(Loïc)

 

Anna Atkins est une botaniste britannique, née le 16 mars 1799 à Tonbridge dans le Kent et morte le 9 juin 1871. Elle est considérée comme une pionnière de l'utilisation d'images photographiques pour l'illustration d'ouvrages imprimés, en l'occurrence des herbiers qu'elle fit paraître à partir de 1843. Certains la considèrent même comme la première femme à avoir réalisé une photographie.

Orpheline de mère très jeune, c’est son père, John George Children (1777-1852), naturaliste réputé, qui l’élève. Elle reçoit ainsi une formation scientifique rare pour les femmes de son époque. Illustratrice de renom, elle réalise les deux cent cinquante gravures qui illustreront la traduction anglaise de l’ouvrage de Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829), Histoire des mollusques, qui paraît en 1822-1824, sous le titre de Genera of Shells. Cette traduction, réalisée par son père, a un rôle important dans la nomenclature des coquillages. Elle se marie en 1825 avec John Pelly Atkins et se consacre dès lors à la biologie et commence la confection d’un herbier. Anna Atkins offre certains spécimens au muséum du Kew Gardens. Elle devient membre, en 1839, de la Société botanique de Londres, l’une des rares sociétés savantes ouvertes aux femmes. En 1841, elle commence à s’intéresser aux algues à la suite de la publication d’A Manual of the British marine Algae de William Henry Harvey (1811-1866).

 Elle commence à faire paraître en 1843 son ouvrage British Algae : Cyanotype Impressions qui est le premier ouvrage publié à utiliser des photogrammes réalisés par cyanotype, une technique tout juste inventée par Herschel. Douze parties paraissent jusqu’en 1853, tirées à environ quatre cents exemplaires, dont une douzaine nous sont parvenus plus ou moins complets. En 1853, elle applique le même procédé aux fougères et fait paraître Cyanotypes of British and Foreign Ferns. Elle travaille en collaboration avec son amie Anne Dixon (1799-1864). Les cyanotypes ont l’avantage d'être simples à réaliser et de présenter une grande stabilité dans le temps.

Elle lègue son herbier au British Museum en 1865.

 Cléo, Mathieu, Lucas et Loïc